Site d'informations générales, d'analyses et de publicité

.

Répression des manifestions de l’opposition : Situation de terreur dans le nord du pays                


Photo utilisée à titre d’illustration

Les manifestations de l’opposition tournent à l’affrontement dans plusieurs villes. Déjà le mercredi 20 septembre 2017, un enfant a été tué par balle à Mango. Mais la répression continue dans certaines villes notamment à Mango, Dapaong, Bafilo et à Kara. La coalition de l’opposition a animé une conférence de presse hier, jeudi pour faire le point de la situation qui prévaut dans le nord du pays.

                Le 19 août 2017, deux manifestants ont perdu la vie à Sokodé. Le mercredi dernier, un enfant de moins de 10 ans a également trouvé la mort pendant les manifestations de l’opposition. Mais les manifestations qui ont basculé dans la violence le mercredi 20 septembre se sont poursuivies avec la chasse à l’homme, organisée selon les responsables de l’opposition par des militaires et des miliciens à la solde du pouvoir.

                Selon, les affirmations de la coalition de l’opposition, outre la mort d’un enfant à Mango plusieurs quartiers de la ville sont quadrillés par des militaires et des hommes en armes en civil qui descendent dans les maisons pour violenter les habitants. Plusieurs incendies sont déclenchés dans la ville et certains habitants se sont réfugiés en brousse. A Dapaong, « les marcheurs de l’opposition ont été infiltrés par des milices qui ont tenté de dévier l’itinéraire de la marche vers la préfecture et ont brulé des pneus dans la ville », renseigne-t-on. A Bafilo, jusqu’à hier, jeudi « une expédition punitive menée par des militaires a fait 77 blessés dont 4 cas graves ». Des agressions et des violences ont été également observées dans d’autres villes notamment à Sokodé et Kparatao. Dans ces deux localités, les militaires et les forces de sécurités ont mené des perquisitions musclées dans les concessions. Selon, les premiers bilans, ces perquisitions auraient permis la saisie de quatre fusils d’assaut, du cannabis, des faux billets, deux fusils de chasse, des arcs et des flèches, des couteaux, des gris-gris ainsi qu’une vache qui menaçait les soldats. Cette dernière a été abattue.

                « La coalition des forces démocratiques observe avec beaucoup de colère qu’une fois encore ces manifestations citoyennes sont sauvagement réprimées dans le grand nord », indique la déclaration rendue publique ce jeudi  par le Secrétaire général du CAR, Jean Kissi.  Les leaders de l’opposition rejettent toute responsabilité dans ces violences et « rappellent que la violence n’est que le fait du régime ». Ils demandent qu’une enquête indépendante sur les circonstances de la mort de l’enfant soit diligentée. Des organisations des droits de l’Homme  comme Amnesty international Togo ont également émis le même vœu.

Reviews

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )

Cet article a été lu 147 fois.


Laisser un commentaire

error: Attention ce contenu est protégé