Site d'informations générales, d'analyses et de publicité

.

Gaz lacrymogène : Quels sont les risques pour la santé ?


Bien que jugés relativement inoffensifs, les gaz lacrymogènes peuvent présenter un risque pour la santé des victimes. N’oublions pas en effet, qu’un gaz se déplace sans cesse et donc, outre les yeux, il peut pénétrer les voies respiratoires où il sera à l’origine de blessures diverses. De plus, certains gaz peuvent provoquer des brûlures sur la peau. 

Gaz lacrymogène : définition

Un gaz lacrymogène est une substance chimique non naturelle. Non létal, il est utilisé notamment en raison de sa faible toxicité. Cependant, les effets qu’une exposition, même courte, provoque ne sont pas des plus agréables. Si l’irritation des yeux, le gonflement des paupières et les larmes sont les effets les plus fréquents et rapides, d’autres symptômes peuvent apparaître, à plus ou moins court terme notamment des spasmes, des douleurs thoraciques, des dermatites et des allergies.

Les effets nocifs sur la respiration

Malheureusement, le gaz projeté peut atteindre d’autres organes que les yeux. Si le produit est inhalé, il peut provoquer des problèmes pulmonaires dans les minutes qui suivent l’exposition : gênes respiratoires, toux, nausées. Ces symptômes peuvent être accompagnés d’une sensation de brûlure ou de douleurs thoraciques.

Si le gaz est en contact avec la peau, il peut également provoquer une dermatite (inflammations diverses).

 Ces rougeurs s’estompent généralement au bout de quelques heures. Enfin, pour les moins chanceux, des spasmes musculaires peuvent survenir. Il faut savoir que les effets sont accentués par temps chaud et humide.

 Les conséquences de la gêne respiratoire

Sur le long terme, les suffocations rencontrées peuvent être nocives et provoquer la nécrose de certains tissus, notamment ceux des poumons et de l’appareil digestif. La personne victime d’une pulvérisation risque l’œdème pulmonaire, c’est-à-dire que du liquide entre dans les poumons et provoque une terrible et douloureuse gêne respiratoire. De plus, des lésions aux reins ou encore des ulcères de la peau sont à craindre en cas d’exposition récurrente. Dans le pire des cas, des hémorragies internes (hémorragies des glandes surrénales) peuvent subvenir.

Que faire en cas d’exposition ?

Si vous êtes en contact avec du gaz lacrymogène, surtout, ne vous frottez pas les yeux, cela accentue les effets d’irritation et les larmes. Rincez-les dès que possible, de préférence à l’aide d’un sérum physiologique, disponible sans ordonnance dans les pharmacies. Ensuite, nettoyez abondamment votre visage à l’eau et au savon. Si votre respiration est altérée, n’hésitez pas à vous moucher et à cracher afin d’extraire les éléments toxiques de votre corps.

Un dernier conseil : si vous êtes intoxiqué par un gaz lacrymogène dans la rue, éloignez-vous rapidement de la zone de pulvérisation et faites en sorte de vous rincer le visage le plus rapidement possible !

Danger de mort dans de rares cas

Certaines recherches scientifiques affirment qu’une exposition prolongée dans un espace confiné met la vie d’une personne en danger. Au regard de ces constats, sans être alarmiste, il s’avère par conséquent que la faible toxicité de ces produit est à nuancer. Fort heureusement, les gaz lacrymogènes sont généralement diffusés dans des espaces ouverts.

Reviews

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )

Cet article a été lu 19 fois.


Laisser un commentaire

error: Attention ce contenu est protégé