Site d'informations générales, d'analyses et de publicité

.

Aného : Un mort, trois blessés suite à une répression militaire


des-militaires-togolais-lecanardLa population d’Aného, (50 km à l’est de Lomé) a été endeuillée dans la journée du 1er novembre.

Une opération de saisie d’essence a dégénéré en échauffourées entre militaires et des jeunes.

Le bilan de ces affrontements est d’un mort et de trois blessés. Tous ont été atteints par balles réelles, tirées par des militaires du régiment de Zowla. Selon un communiqué du Ministre de la Sécurité, on signale également deux blessés au sein des forces de sécurité, qui étaient les premières à intervenir dans le cadre d’une opération de saisie de carburant, objet d’un trafic illicite.
Le blessé qui a succombé aux environs de 17 heures, a été probablement atteint par une balle perdue. « C’est un apprenti menuisier. Il doit avoir à peine 20 ans », nous a confié un témoin.
La scène s’est déroulée à Messan Condji, non loin de la douane de Sanvee Condji entre le Togo et le Bénin. Des policiers et gendarmes de l’opération entonnoir, venus saisir du carburant auprès de vendeurs, se sont vus opposer une féroce opposition. Dépassées, elles ont alors fait appel aux militaires, qui ont fait usage de balles réelles.
« Ils ont agi sauvagement, ils se sont même introduits dans l’hôpital avec les armes pour terroriser les blessés », a déploré un témoin de la scène.
Le Col Yark Damehane, a dans son communiqué, annoncé l’ouverture d’une enquête sur les circonstances du drame. « Nous interpellons les autorités afin que ces enquêtes annoncées, ne connaissent pas le même sort que de précédentes », a déclaré Me Jil-Benoit Afangbédji, de l’association « Ensemble pour les Droits de l’Homme » (EDH). De précédentes interventions dans le cadre de l’opération entonnoir, avaient également dérapé, avec parfois des pertes en vies humaines. Aucune suite n’a été donnée à ces évènements malgré l’annonce d’ouverture d’une enquête, par les autorités.
Me Afangbédji a également appelé les autorités gouvernementales à se pencher à fond sur le problème. « Il faut chercher la cause du phénomène en vue d’y apporter des solutions », a-t-il dit.
On assiste depuis des années à une prolifération de ventes de carburant illicite dans de nombreuses villes au Togo. Cette activité qui a souvent provoqué des incendies occasionnant des drames, est favorisée par la cherté du prix des produits pétroliers. Les promesses des autorités togolaises de faire jouer le mécanisme de la vérité des prix à la pompe, est restée tel un serment d’ivrogne. 

Reviews

  • Total Score 0%
User rating: 40.00% ( 2
votes )

Cet article a été lu 1 281 fois.

Journaliste


One thought on “Aného : Un mort, trois blessés suite à une répression militaire

Laisser un commentaire

error: Attention ce contenu est protégé